Ce besoin de comparer les enfants

Avec Hibou j’ai découvert l’un des côtés de la parentalité qui me plaît le moins : ce besoin de comparer les enfants. Les comparer dans une même fratrie, dans une même famille, dans un même cercle, bref vous avez compris l’idée.

A vrai dire, dans l’absolu je me fiche de ce que font les autres, qu’ils fassent mieux ou moins bien. Avec Hibou, je voulais faire bien, pas faire mieux que l’autre, ou aussi bien que l’autre, juste faire bien.

Ma norme c’était nous, c’était le mieux que l’on puisse faire.

Et en bonne primipare, j’en ai essuyé des remarques, « il n’est pas un peu trop maigre », « il n’est pas encore propre ? », etc. le plus souvent on le comparait à d’autres enfants du même âge mais parfois aussi à des enfants plus âgés…

Je peux comprendre ce besoin de comparer quand ça part d’une bonne intention, quand ça vient d’une personne qui s’inquiète réellement pour mon enfant ou qui a besoin de se rassurer par rapport au sien. Quand ça vient de quelqu’un qui veut le bien d’un enfant, de mon enfant ou du sien.

En revanche, je ne comprends pas ce besoin quand les critiques sont gratuites et inutiles. Quand la personne qui se permet une remarque le fait juste comme ça. Quand les remarques ne visent ni à conseiller, ni à rassurer, ni à informer. J’ai tendance à penser que ces personnes sont soit idiotes, soit méchantes et dans tous les cas qu’il faut s’en écarter pour préserver notre santé mentale !

Cette propension à comparer augmente encore quand on a d’autres enfants, comme si les gens s’amusaient à faire un jeu des 7 erreurs, voire à monter les enfants les uns contre les autres, à faire naître des jalousies, des différences…

Le pire c’est qu’on a beau vouloir s’écarter de ce mode de pensée, argumenter quand on y fait face, ils finissent quand même par jeter leurs flèches empoisonnées dans notre esprit et voilà qu’on commence à psychoter sur le développement de notre enfant…

Non vraiment, il en va de notre santé mentale de pouvoir reconnaître et s’écarter des personnes toxiques pour notre bien et celui de nos enfants.

Publicités

3 réflexions sur “Ce besoin de comparer les enfants

  1. tellement d’accord, c’est insupportable….on dirait qu’on a des bêtes de foire ! perso je ne dis jamais à une maman « oh mais le mien il le fait depuis longtemps » ou quelque chose du style. de toute manière, notre bébé sera toujours le plus fort à nos yeux (enfin pour la majorité d’entre nous) et c’est ce qui compte !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton message ! Je te rejoins complétement et oui notre bébé est le meilleur à nos yeux mais malheureusement ces personnes toxiques dont je parle risque de faire douter les jeunes parents de leurs propres compétences ou des compétences de leurs enfants (Ah mais mon enfant est trop « en retard » !) En retard par rapport à quoi déjà ? On finit tous par marcher, parler, manger seul et aller aux toilettes lol

      J'aime

      1. tout à fait, c’est comme ça que les adolescents (dont j’ai allègrement fait partie) en viennent à se dire « je ne suis pas normal » parce qu’on veut trop les faire rentrer dans un moule

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s